Société



image
- 30/10/2023 - 0 Comment(s)

taxis moto, tricycles: 24 mois pour se conformer à la nouvelle règlementation

Le Gouvernement poursuit ses réformes dans le cadre de la modernisation du secteur des transports publics au Togo. Vendredi 20 octobre dernier, un décret a été pris en Conseil des ministres portant réglementation de l’exploitation des véhicules à moteur de type taxi, taxi-moto et tricycle affectés au transport public. Pour ceux qui exercent déjà une activité de transport public, un délai de 24 mois leur est accordé pour se conformer à la nouvelle réglementation.

Après l’adoption en décembre 2022 d’une nouvelle loi d’orientation des transports, le gouvernement vient de prendre de nouvelle mesure pour assainir un peu plus le paysage des transports publics au Togo. Avec ces nouveaux textes élaborés en concertation avec les organisations professionnelles, les exploitants de ces engins devront désormais disposer d’une licence délivrée par le ministère en charge du transport routier et l’obtention d’une autorisation de transport délivrée par les collectivités territoriales.

Selon le gouvernement, cette nouvelle mesure est destinée à réorganiser le secteur du transport public, professionnaliser les acteurs, faciliter une meilleure identification des taxis ainsi que leur périmètre d’activités et surtout à améliorer la sécurité routière et le confort des passagers. « Le Conseil des ministres a examiné et adopté un premier décret portant réglementation de l’exploitation des véhicules à moteur de type taxi, taxi-moto et tricycle affectés au transport public. La loi n° 2022-023 du 27 décembre 2022 portant loi d’orientation des transports vise l’amélioration du cadre général des transports dans notre pays, pour garantir aux usagers de la route une mobilité plus sure et mieux organisée. Les textes réglementaires qui en découlent ont pour objet de remédier aux questions d’insécurité routière, de pollution de l’air et de non-rentabilité de l’activité de transport public…Sa mise en œuvre permettra une meilleure organisation du transport public, la professionnalisation des acteurs du secteur, une meilleure identification des taxis et de leur périmètre d’activités, de même qu’une amélioration de la sécurité routière et un meilleur confort pour les passagers…» peut-on noter dans le communiqué ayant sanctionné le Conseil des ministres. 

En ce qui concerne les personnes exerçant déjà des activités de transport public, l’exécutif leur accorde un moratoire de deux ans pour se conformer à la nouvelle donne. « Les personnes exerçant préalablement une activité de transport public par taxi, taxi-moto ou tricycle, disposent d’un délai de vingt quatre mois pour se conformer aux nouvelles dispositions » précise le communiqué.

Il faut dire que le besoin d’une profonde réforme se justifie par l’évolution rapide qu’a connue le secteur au cours de ces dernières décennies avec notamment l’apparition de nouveaux modes et méthodes de déplacement surtout dans les milieux urbains. Conformément aux ambitions du gouvernement déclinées dans la feuille de route 2020-2025, qui visent à positionner le Togo comme un hub logistique et de services de premier plan, le gouvernement a poursuivi la modernisation des infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires. Ce qui a naturellement occasionné le développement des activités de transport public et l’émergence de nouveaux métier liés à ce secteur notamment celui des conducteurs de tricycles.

Face à l’accroissement rapide de la population togolaise et à l’émergence de nouveaux modes de transport, il est donc impératif pour les autorités en charge du secteur de procéder à des réajustements du cadre légal des transports publics pour apporter plus de satisfaction aux usagers tout en tenant compte des questions environnementales et sécuritaires.

                                                                                                                                Roger GBESSIA

Lire aussi

0 Commentaire(s):

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.